Aujourd’hui journee mondiale: l’endometriose, l’inconfort d’une indesirable copine

L’endométriose est-elle une maladie auto-immune ou non ? A l’occasion de la journée mondiale de l’endométriose (28 mars), avec l’aide d’experts, essayons de répondre à cette question que se posent de nombreuses femmes, au moins 1 femme sur 10 en âge de procréer et environ de 30 à 50% des femmes infertiles ou qui ont des difficultés à concevoir. Environ 3 millions de femmes, selon les estimations du ministère de la Santé : toutes avec une attestation de diagnostic, toutes qui portent « à l’intérieur ». l’inconfort physique et le fardeau psychologique induits par la maladie.

Qu’est-ce-que c’est ? L’endométriose doit son nom à l’endomètre, c’est-à -dire à la membrane muqueuse qui tapisse la cavité utérine, qui reste généralement à l’intérieur de l’utérus mais quelque fois il peut arriver qu’elle sorte de son site, dans certains cas déjà dès la première menstruation (ménarche), en accompagnant la femme jusqu’à la ménopause. En générant, hélas, des problèmes : les douleurs menstruelles, qui peuvent être chroniques et persistantes, s’aggravant au cours du cycle, ou lors des rapports sexuels. Il s’agit d’une indication-‘symptôme’ à ne pas sous-estimer: la douleur dans ces deux contextes n’est pas normale, elle peut donc être une sonnette d’alarme pour l’endométriose et ne doit pas être réduite au silence. Surtout s’il y a familiarité avec la maladie: avoir une mère ou une sÅur atteinte d’endométriose multiplie par sept le risque de la développer par les parents des sang. Par conséquent, une visite de plus chez le médecin de famille ou le gynécologue vaut mieux qu’une de moins en levant le soupà§on avec un diagnostic. En fin de compte, l’endométriose pourrait favoriser l’infertilité.

Le diagnostic. C’est un problème de longue date, c’est vrai; en fait, il peut même s’écouler jusqu’à 8 ans avant d’avoir la sécurité de souffrir d’endométriose. Qu’est qui se passe? Les causes du problème ne sont pas tout à fait claires : diverses hypothèses sont émises, notamment que l’endométriose est d’origine auto-immune, c’est-à -dire généré par une importante réponse déclenchée par l’organisme contre les cellules endométriales qui tapissent l’intérieur de l’utérus. «Leur localisation anormale en dehors du site naturel – explique Manuela Farris, gynécologue – stimulerait l’inflammation et la douleur, contribuant ainsi à la formation d’adhérences entre les tissus adjacents. Cela expliquerait la variété des symptômes : douleurs pelviennes, lors des rapports sexuels, infertilité, maux de dos, fatigue chronique et diverses autres manifestations. Une hypothèse qui n’est pas du tout hasardeuse, considérant que la maladie auto-immune est féminine, plus typique des femmes : pensez par exemple à la polyarthrite rhumatoà¯de, le LES (lupus érythmé systémique). Il semble également que le système immunitaire soit impliqué dans la possible progression de l’endométriose. « Comprendre si cela est vrai – ajoute le médecin – aiderait à développer des approches thérapeutiques ciblées, comme les immunothérapies qui ont déjà prouvé leur efficacité dans les maladies auto-immunes, parmi lesquelles, la polyarthrites rhumatoà¯des. Une fois diagnostiquée, l’endométriose peut être traitée avec divers traitements qui permettent aux femmes de vivre sans la douleur associée à la maladie».. De plus, on émet l’hypothèse que l’endométriose est due à la théorie de Sampson (ou théorie des menstruations rétrogrades), qui est aussi la plus accréditée, selon laquelle certaines cellules pendant les menstruations prendraient la mauvaise direction et au lieu de sortir du vagin, elles tendent à aller vers les trompes et de là atteindre également l’ovaire, l’abdomen ou d’autres organes.

La bonne route. Méfiez-vous d’abord de la douleur. « En cas de menstruations douloureuses et/ou abondantes ‘ recommande l’expert ‘ il est toujours conseillé de consulter un gynécologue et, si nécessaire, de réaliser quelques investigations instrumentales comme l’échographie, sur son indication, pour confirmer ou exclure la pathologie. Après à§a, s’il est le cas, un traitement médicamenteux est instauré, tandis que la chirurgie n’est réservée qu’aux situations très graves et toujours après avoir réalisé une IRM. Je recommande également de tenir un journal des symptômes car il peut être difficile de distinguer l’endométriose d’autres conditions médicales similaires, aidant ainsi votre médecin à poser un diagnostic correct». L’endométriose peut être invalidante et avoir des répercussions sur la qualité de vie et les relations : ne nous laissons pas piéger par la stigmatisation et les préjugés qui encore l’entourent dans les milieux sociaux, dans la famille au travail.

Parlons-en ensemble et ensemble nous surmonterons ce tabou

– Edité par Frances Morelli

Iscriviti alla newsletter

Iscriviti alla newsletter di Italian Beauty Community, e ricevi direttamente nella tua casella di posta i nostri contenuti migliori!

Cliccando su "Iscriviti" acconsenti al trattamento dei tuoi dati personali ai fini dell'invio della newsletter ai sensi di cui all'art. 2.2 della privacy policy
This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.