Les cellules cancéreuses qui « s’allument » dans le sang

Auriez-vous pensé que la lumière pourrait devenir un moyen très efficace et puissant pour « illuminer » les cellules cancéreuses circulant dans le sang? Eh bien, oui; naturellement, la lumière toute seule ne suffit pas, il lui faut une technologie très élevée et raffinée aussi. Leur union garantit une précision diagnostique à 100%, comme l’affirment les chercheurs des instituts Ieos et Isasi du Cnr qui ont développé la méthode, grâce au financement de la Fondation Airc et de la Région Campanie. Les résultats de leurs travaux scientifiques ont été publiés dans une importante revue internationale (Frontiers in Bioengineering and Biotechnology).

CtC. C’est-à -dire les cellules cancéreuses circulant dans le sang. Il s’agit des cellules qui dérivent de tumeurs solides et qui circulent dans le sang périphérique. Toutefois leur présence est numériquement très faible, ce qui représente un importante criticité en rendant difficile à la fois leur identification et leur élimination avec les médicaments actuels. On sait que les cellules cancéreuses sont gourmandes en glucose qu’elles assimilent en grande quantité et à une vitesse élevée, dix fois supérieure aux cellules normales. Et c’est précisément la voracité, qui représente le talon d’Achille des cellules cancéreuses, associée à une technologie de pointe, qui a permis aux chercheurs d’étudier l’absorption du sucre au niveau métabolique : «En utilisant un système de rayonnement laser particulier (microscopie Raman) nous avons réussi à éclairer les molécules et donc à de détecter sans ambiguà¯té uniquement les cellules tumorales, sans recourir à d’autres moyens, comme par exemple des marquages spéciaux – expliquent Alberto Luini et Anna Chiara De Luca, chercheurs du Cnr-Ieos -. Nous avons également réussi à comprendre que la rapidité avec laquelle ces cellules « mangent » le glucose favorise l’accumulation de lipides (sucres) sous forme de gouttelettes, contrairement à ce qui se passe, par exemple, avec les leucocytes, les cellules sanguines saines. Cette particularité est un élément très fiable pour distinguer les cellules cancéreuses des cellules normales qui « voyagent » dans le sang ».

Plus de garantie. Et pour s’assurer de repérer les gouttelettes lipidiques à la ‘vitesse de la lumière’, tout à fait similaire à celle d’un diagnostic rapide, et de pouvoir identifier leur morphologie et d’autres caractéristiques spécifiques, les chercheurs ont combiné la microscopie Raman avec une technique d’imagerie tout aussi unique (l’imagerie holographique à polarisation). « La synergie de ces outils nous a donné la possibilité ‘ précise Maria Antonietta Ferrara, chercheuse au Cnr-Isasi ‘ de distinguer le Ctc des leucocytes en quelques secondes, avec une fiabilité proche de 100% ». Cette technique pourrait être la première étape dans le développement d’une méthode simple et universellement applicable d’isolement des cellules tumorales, utile pour évaluer les caractéristiques génétiques et biochimiques de ces cellules tumorales et établir leur sensibilité à des médicaments spécifiques. Si d’autres études venaient à confirmer sa validité, cette technique pourrait devenir un ‘outil’ de filtrage, de diagnostic, de choix thérapeutique et pour suivre l’évolution des pathologies tumorales et les éventuelles rechutes.

Que pensez-vous du progrès scientifique ? àtes-vous favorable à la recherche ? Attendons vos opinions.

Edité par Francesca Morelli

Iscriviti alla newsletter

Iscriviti alla newsletter di Italian Beauty Community, e ricevi direttamente nella tua casella di posta i nostri contenuti migliori!

Cliccando su "Iscriviti" acconsenti al trattamento dei tuoi dati personali ai fini dell'invio della newsletter ai sensi di cui all'art. 2.2 della privacy policy
This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.